quels sont les avantages du cloud computing amazon cloud stockage dans le cloud  réduction des coûts disponibilité des infrastructures

Basculer l’ensemble de l’activité sur le cloud ? Oui, mais pourquoi ? Comme beaucoup d’entreprises, premaccess s’est posée cette question. Créée en 2007, elle est aujourd’hui experte en développement d’applications Platform/Serverless/SaaS et en services managés cloud – notamment avec sa solution d’orchestration d’infrastructure BAM (Build Automation  Machine). Mais, il n’en a pas toujours été ainsi. 

Spécialisée initialement dans l’hébergement premium de données sensibles (bancaire, santé, trading, ads…), premaccess décide de migrer l’ensemble de son activité sur le Nuage en 2015. L’innovation technologique fait partie de son ADN. Difficile pour elle de fermer les yeux sur l’arrivée des cloud providers sur le marché.

Entre la mise en place d’une stratégie cloud, la réflexion sur le business model et la formation des équipes à ces nouvelles technologies, l’ex-hébergeur a mis près de 5 ans pour être 100% cloud. L’entreprise fermera son tout dernier datacenter en décembre prochain. 

À la différence des prestataires « cloud natives », premaccess a vécu l’itinéraire que suit toute entreprise qui réalise la bascule « On premise » vers le nuage. Une expérience que ses équipes ont transformée en force. Ce savoir-faire est aujourd’hui utile pour accompagner au mieux leurs nouveaux clients dans cette aventure. 

Falco Schmutz, CEO de premaccess, revient sur cette migration sur le cloud d’AWS. D’après lui, pour tout membre d’une DSI, « participer à la mise en place une architecture cloud demande de prendre du recul par rapport à son propre métier, voire d’en renaître. »

Quels services proposiez-vous au sein de premaccess avant votre passage sur le cloud ?

Falco Schmutz

« Avant notre bascule sur le cloud, nous étions spécialisés dans l’hébergement premium de données sensibles. Nous développions, pour nos clients, des infrastructures sur-mesure que nous hébergions sur nos datacenters, et nous leur proposions des services techniques comme la haute-disponibilité multisites, les services managés…

Nous avons effectué ce métier pendant près de 14 ans. »

Migrer vers le cloud : cela était-il évident pour vous dès l’arrivée des cloud providers sur le marché français ?

« Pas forcément ! Début 2016, un membre de premaccess m’informe de l’arrivée d’AWS en France. Il m’interroge : « Souhaite-t-on y aller ? ». À l’époque, j’étais plutôt réticent. Certainement, car j’étais à l’aise dans mon activité, dans l’offre proposée à mes clients…

Mais, j’ai très vite changé d’avis. Deux mois après, je participe à une formation AWS. Formation de trois jours au cours de laquelle je rencontre les DSI de plusieurs grands groupes français. Ces trois jours d’initiation aux outils AWS ont été révélateurs. (Merci à Boris Lecoeur et Arnaud Lemperreur de m’avoir convaincu 🙂 ) J’ai pris conscience de la force d’innovation de ce cloud provider, de sa capacité à réinventer notre métier. J’ai compris qu’il incarnait l’avenir. Et j’ai aussi ouvert les yeux sur notre métier d’hébergeur : si nous continuions comme cela, nous risquions de prendre du retard face à la concurrence, et d’être dans l’incapacité d’innover.

Chez premaccess, nous sommes des mordus de technologie et d’innovation. Fermer les yeux sur l’arrivée des cloud providers en France, c’était aller à l’encontre de notre vision et de la promesse que nous faisons à nos clients : celle de les accompagner vers ce qui est le plus adapté et le mieux sur le marché. Se lancer sur le cloud, c’était suivre nos convictions ! »

Comment avez-vous procédé lors de votre migration vers le cloud ? Quelles ont été les différentes étapes franchies pour mener à bien ce projet ?

ressources informatiques services de cloud computing stockages des données charges de travail externalisation

« Notre 1ère réflexion s’est portée sur notre stratégie : part-on sur une stratégie cloud ou bien multi-cloud ? Très vite, nous avons choisi d’adopter une stratégie cloud 100% AWS, car nous aimons l’ADN de ce fournisseur. AWS est toujours à la recherche de la nouvelle innovation pertinente. 

Notre 2e réflexion s’est portée sur notre business model car basculer sur le cloud nous a demandé de le réinventer. Dans ce virage numérique, nous avons beaucoup appris. Nous transmettons ce savoir désormais à nos clients. Sur le cloud, vous êtes dans « l’utilisation à l’usage ». Ce qui diffère avec la logique d’un choix d’achat de logiciel… Ainsi, nous sommes désormais en capacité de répondre aux différentes questions que se posent nos clients sur la gestion financière de leur infrastructure cloud : « Comment facture-t-on sur le cloud », « comment puis-je faire pour que le business de mon entreprise utilise ces technologies à leur juste mesure ? »… Nous avons développé de fortes compétences en FinOps.

Enfin, notre 3e réflexion a concerné la formation des équipes. Créer des architectures cloud demande de l’expertise. Il a fallu que nous formions et modernisions nos équipes. Nous avons beaucoup investi de temps dans la formation, dans des bootcamps, et dans les certifications. Clairement, migrer votre infrastructure sur le cloud implique un changement de paradigme : vous passez du métier d’ingénieur système réseau à devOps. Ce qui n’est pas à la portée de tous. »

Quels sont, d’après vous, les bénéfices du cloud pour une entreprise ? 

« J’en vois 3 majeurs :

Innovation de vos offres : Grâce au cloud, vous accédez facilement à la technologie. La myriade de microservices disponibles sur le cloud d’AWS vous permet de tester de nouvelles offres plus rapidement avant de les mettre sur le marché. Il vous permet de réduire vos cycles d’innovation. Cela est un bénéfice primordial à l’heure de la transformation digitale des entreprises.

Automatisation : vous pouvez piloter plus simplement vos infrastructures. De quoi faire gagner du temps à vos équipes techniques (encore plus avec une solution comme BAM qui nous avons développé pour faire cette migration et la rendre accessible à nos clients).

Sécurité : les cloud providers disposent d’une liste de conformités (compliances) incroyables. Quand on sait le temps que cela implique en termes de régulation, de vérification, de sécurité… Il est impossible de tenter de les concurrencer dans ce domaine. »

Quels conseils souhaiteriez-vous donner aux entreprises qui envisagent de migrer sur le cloud ?

avantage de la solution mutualisation sécurisées authentification synchronisation chiffrement protection des données bases de données

« Mon premier conseil concerne l’investissement humain. Ne sous-estimez pas le temps que cela demande de se former, de changer les mentalités, d’engager les équipes pour qu’elles s’approprient ce nouveau projet. N’hésitez pas à trouver des ambassadeurs, acteurs de ce changement, au sein de vos équipes.

Deuxième conseil : Ne sous-estimez pas l’apport des personnes qui ont migré leur infrastructure sur le cloud avant vous. Elles savent de quoi vous parlez, elles comprennent parfaitement les difficultés que vous rencontrez (techniques et humaines).

Enfin, mon troisième conseil portera sur la partie financière : en migrant sur les technologies cloud, vous obtiendrez un gain à long terme. Il ne faut pas s’attendre à ce que cela ait un impact sur vos finances tout de suite. Ce type de projet demande beaucoup de changements. Pendant un temps, par exemple, vous pouvez vous retrouver avec des doublons d’infrastructures sur un hébergement classique et sur un hébergement cloud. Par ailleurs, les équipes doivent être prêtes, formées pour porter de nouveaux projets avec ces nouveaux outils techniques. En fonction de la taille de votre structure, vous aurez un gain financier significatif au bout de 3 à 6 ans. »

Maintenant « Advanced consulting partner AWS », premaccess accompagne de nombreuses entreprises dans leur projet de migration. Son équipe marque la différence par rapport aux concurrents « 100% cloud natives » : 

  • Elle connaît le métier d’AWS sur le bout des doigts.
  • Elle comprend les enjeux d’un tel projet pour une entreprise, pour l’avoir elle-même expérimenté.

Aussi, si vous souhaitez migrer toute ou une partie de votre activité sur le cloud, n’hésitez pas à vous entourer d’experts dans ce domaine. 

Migration cloud : quelles sont les principales étapes ?

#1 Visualisez le panorama
#2 Entrez dans un nouveau monde
#3 Envisagez la phase de Build
#4 Garantissez la continuité du business
#5 Maîtrisez sa phase de Run
#6 Faites confiance aux experts DevOps / Developpeurs
#7 Choisissez la région la plus proches de vos besoins

Pour en savoir https://www.premaccess.com/migration-aws/

Vers quelles solutions cloud s’orienter ?

Il existe aujourd’hui quatre modèles de Cloud computing. Chaque modèle représente une partie différente de la pile de ce Cloud. Du Iaas (Infrastructure as a service) au Saas (Software as a service), ces modèles répondent à des besoins bien différents en entreprise. 

Le choix de la solution adéquate se fera en fonction de la taille de votre structure, des solutions que vous souhaitez héberger, des besoins que vous énoncez, des compétences dont vous disposez en interne, et du coût que vous envisagez.

Tout dépendra également de votre implication dans le projet : souhaitez-vous garder la main sur vos applications ou jugez-vous opportun de les remettre partiellement ou totalement entre les mains d’experts ?

Iaas (Infrastructure as a service) 
L’infrastructure en tant que service (IaaS) contient les blocs de construction fondamentaux de l’informatique dans le Cloud. Il permet aux entreprises d’externaliser juste leur infrastructure informatique (réseaux, serveurs, stockage de données, etc.). Le service IaaS offre le niveau le plus élevé de flexibilité. En revanche, en raison de cette flexibilité, les entreprises, qui ont souscrit à ce modèle, sont responsables de leurs applications, de leurs données et de leur système d’exploitation.

Paas (Platform as a service) 
Grâce au service PaaS, les entreprises n’ont plus besoin de gérer l’infrastructure sous-jacente (le matériel et les systèmes d’exploitation). Elles peuvent se concentrer sur le déploiement et la gestion de leurs applications. Elles n’ont plus à se soucier de l’approvisionnement des ressources, de la planification des capacités, de la maintenance logicielle, de l’application de correctifs ou de toute autre charge indifférenciée liée à l’exécution de votre application. Dans ce cas de figure, l’entreprise loue l’exploitation des serveurs et des services intégrés.

Faas (Function as a Service)
Ce service Cloud permet de déployer une fonction unique de logiciel en serverless. Le FaaS est utilisé pour la création de microservices et API. Dans ce cas, la facturation est basée sur les volumes de fonctions exécutées et non sur la taille des instances de serveur. Les développeurs peuvent ainsi se concentrer sur l’écriture du code, sans avoir à gérer la logistique, les serveurs et les applications.

Saas (Software as a service) 
Le logiciel en tant que service propose un produit géré et exécuté par le Cloud provider et/ou l’éditeur de la solution. Avec une offre SaaS, une entreprise n’a plus à se soucier de la maintenance du service ou de la gestion de l’infrastructure sous-jacente. Elle n’a plus qu’à réfléchir à l’usage qu’elle peut faire de ce logiciel spécifique. Ce logiciel est accessible à distance 24h/24, grâce à une connexion Internet sécurisée.

Comment migrer votre application vers le cloud ?

Il existe trois méthodes.

Méthode 1. Le « lift and shift » consiste à migrer une application d’un environnement à un autre sans procéder à une quelconque refonte et modification de code.

Méthode 2. Le « replatform » vise à déplacer vos applications vers le Cloud avec une petite mise à niveau, en utilisant une offre de base de données gérée par le Cloud ou en ajoutant l’auto-scaling (élasticité de certaines applications) activé par l’automatisation.

Méthode 3. Le « refactoring » implique un processus plus avancé, vous  demande de repenser l’architecture et le code de vos applications existantes pour pouvoir optimiser des fonctionnalités natives du Cloud.

Quels sont les modèles de déploiement de cloud computing possibles ?

Nous pouvons en citer 3 :

Cloud : Une application basée sur le cloud est entièrement déployée dans le cloud. Tous ses composants sont en outre exécutés dans le cloud. Les applications dans le cloud ont été créées dans le cloud ou migrées à partir d’une infrastructure existante pour tirer parti des avantages du cloud.

Hybride : Un déploiement hybride permet de relier une infrastructure et des applications entre des ressources basées sur le cloud et des ressources existantes qui ne se trouvent pas dans le cloud. 

Sur site : Le déploiement de ressources sur site à l’aide de la virtualisation et d’outils de gestion des applications est parfois appelé « cloud privé ». Le déploiement sur site ne présente pas les avantages qu’offre le cloud computing, mais il est parfois souhaité pour sa capacité à fournir de ressources dédiées.