Migration on-premise vers le cloud : nos conseils pour vous lancer

migration on premice vers cloud

Chez Premaccess, nous sommes de plus en plus interrogés par des entreprises souhaitant migrer leurs infrastructures et applications on-premise (sur site) vers le cloud. Pour les (vous) aider à comprendre les enjeux de ce projet nécessaire pour booster une activité, nous vous proposons un focus sur 3 points essentiels :

Définition : Qu’est-ce que la migration vers le cloud ?

La migration on-premise vers le cloud consiste à déplacer vos actifs numériques (données, applications, charges de travail, composants métier) de l’infrastructure sur site vers le cloud.

« On premise » signifie que vous utilisez des serveurs physiques et des logiciels sur lesquels vous exécutez vos bases de données, vos applications et vos charges de travail.

Par « cloud », nous englobons tous les services (à la fois matériels sous-jacents et logiciels pour exécuter vos services) mis à votre disposition via Internet par les fournisseurs de services cloud (AWS, Google Cloud Platform, Azure par exemple).

Lors d’une migration sur le cloud, un changement de paradigme s’opère : vous n’êtes plus maître de la pile technologie sous-jacente, vous la confiez à un tiers.

Quels sont les avantages à migrer vers le cloud ?

Ces avantages sont nombreux. Voici les 4 principaux :

Élasticité : Les fournisseurs de cloud public vous permettent d’étendre rapidement vos ressources de traitement informatique, de mémoire et de stockage en fonction de vos besoins. C’est ce que l’on appelle l’autoscaling.

Coût transparent des services : Votre organisation ne paie que pour les ressources réellement utilisées : informatique, réseau, stockage. Ainsi, elle peut planifier les coûts en fonction de la croissance de l’entreprise, et des besoins de vos clients.

Tolérance aux pannes, fiabilité et résilience : L’infrastructure cloud est construite avec une technologie de pointe. Si une machine physique meurt, une autre la remplace sans affecter vos opérations. Les fournisseurs de cloud public prévoient le pire. Ils disposent de plusieurs centres de données dans le monde entier visant à réduire les effets néfastes des possibles pannes sur votre plateforme technique.

Agilité et flexibilité : Le cloud est accessible de partout dans le monde. Vous bénéficiez donc d’une possibilité sans limite de distribuer vos services au plus près de vos clients.

avantage cloud scalabilite securite resilience

Comment effectuer une migration cloud ?

Toute migration demande de l’organisation et de la réflexion, car elle touche au coeur-même de votre entreprise. Pour un tel projet, nous vous conseillons vivement de vous entourer d’un partenaire de choix comme Premaccess.

Toutefois pour vous donner un aperçu des chantiers à mener lors d’une migration, voici les étapes-clés sur lesquelles votre entreprise sera sollicitée.

Étape-clé 1 : Nommer un responsable de votre migration

Avant de commencer votre migration vers le cloud, nommez un architecte pour diriger ce dossier. L’architecte est un poste de niveau architecte système, responsable de la planification et de la réalisation de tous les aspects de la migration. Il devra, entre autres, définir les stratégies de migration et de déploiement, déterminer les priorités et les mécanismes de basculement vers la production.

Au cours d’un grand projet de migration, de nombreux plans techniques doivent être élaborés. Avoir un architecte responsable de tous ces aspects est prioritaire pour un projet réussi.

Étape-clé 2 : Définissez une stratégie de migration pour vos applications

Plusieurs méthodes de migration sont possibles. Vous adopterez l’une d’entre elles en fonction de votre niveau de maturité sur le Cloud et de l’implication que vous souhaitez y mettre.

Chacune d’entre elles :

  • vous prendra plus ou moins de temps,
  • générera un coût lors de sa mise en place,
  • vous permettra d’optimiser ou non vos budgets sur le moyen et long terme.

Méthode 1. Le «Lift and shift »

consiste à migrer une application d’un environnement à un autre sans procéder à une quelconque refonte et modification de code. Cette méthode est aujourd’hui la plus utilisée. Elle est simple, rapide à effectuer. Cela étant, les migrations « lift and shift » ne bénéficient pas des fonctionnalités natives du Cloud, telles que l’élasticité.
Cette méthode peut s’avérer coûteuse sur le moyen et long terme.

Méthode 2. Le « Replatforming »

vise à déplacer vos applications vers le Cloud avec une petite mise à niveau, en utilisant une offre de base de données gérée par le Cloud ou en ajoutant l’auto-scaling (élasticité de certaines applications) activé par l’automatisation. Cette approche offre un compromis solide entre le « lift and shift » et le « refactoring ». Elle permet de tirer parti des fonctionnalités de base du Cloud, d’optimiser les coûts, sans engager un niveau de ressources élevé.

Méthode 3. Le « Refactoring »

implique un processus plus avancé, vous demande de repenser l’architecture et le code de vos applications existantes pour pouvoir optimiser des fonctionnalités natives du Cloud. Cette approche est la plus longue à mettre en place. Mais, elle vous permettra de réduire les coûts d’utilisation des services Cloud immédiatement.
Elle vous apportera aussi une souplesse et un accès plus rapide aux nouveaux services innovants fournis par les Cloud Providers comme par exemple l’Artificial Intelligence, le Machine Learning ou l’Internet of Things.

migration on premice vers cloud strategie application lift shift replatform or refactoring

Étape-clé 3 : Choisissez un cloud unique ou optez pour le multicloud

Au début de ce projet, il vous faudra choisir entre un ou plusieurs fournisseurs de cloud. Souhaitez-vous migrer vos applications afin qu’elles s’exécutent de manière optimisée sur un environnement unique, ou sur plusieurs fournisseurs de cloud ?

Si vous souhaitez être conseillé sur ce sujet, contactez-nous !

Étape-clé 4 : Créer un plan de migration des données

La migration des données est l’une des étapes les plus délicates.

L’emplacement de vos données peut avoir un impact significatif sur les performances de votre application, ici, il faut bien choisir les services du cloud provider à destination en fonction des différents types de données (médias, code, applications, logs et bases de données).

Exemples – Les options de migration de données :

  • L’utilisation d’un mécanisme de synchronisation bidirectionnelle entre vos bases de données sur site et le Cloud. Une fois que vous avez fini votre migration vers le Cloud, vous pourrez les supprimer sur site.
  • Pour une base de données sur site avec seulement une synchronisation unidirectionnelle possible, nous vous proposons d’utiliser les services type DMS pour envoyé la données vers votre nouveau serveur de base de données basée sur le Cloud.
    Lorsque vous êtes prêt, désactivez l’accès de vos applications vers la version sur site afin que la version basée sur le cloud devienne la base de données principales.

Pour la migration d’autres données, nous vous conseillons d’utilisez d’autre type de service de migration de données, comme ceux disponibles auprès d’Amazon Web Services :
– AWS Migration Hub
– AWS Storage Gateway
– AWS Direct Connect
– AWS Data Pipeline ou Data Brew
– Amazon S3… etc

Ne sous-estimez pas la complexité et l’importance de la planification de la migration des données.

Ne pas prêter une attention particulière à votre plan de migration des données avant de commencer un passage sur le cloud peut entraîner l’échec de votre projet.

Votre architecte de migration doit être très impliqué dans ce processus de planification. Vous pouvez confier cela à un partenaire comme Premaccess.

migration on premise vers cloud strategie deploiement cloud

Étape-clé 5 : Basculer la production

Avant de migrer vos applications sur le Cloud, il vous est recommandé de mettre en place une stratégie de basculement.

Objectif : minimiser les temps d’arrêt lors du passage d’un environnement à un autre.

Nous vous en présentons deux principales :

Le «Big Bang»

Comme son nom l’indique, la méthode du «big bang» migre des parties entières et/ou volumineuses d’une votre plateforme d’un seul coup. Cette méthode entraîne généralement des coupures de production qui doivent être calculées en fonction de longs cycles d’itérations et de tests à blanc pour minimiser l’impact et l’arrêt de vos services.

En supposant un risque minimal d’échecs, les retours en arrière peuvent être impossibles ou peu pratiques.

Par conséquent, la méthode « Big Bang » ne convient pas à tous types d’applications. Il faut faire un choix entre réalités stratégiques et possibilités techniques.

La bascule progressive

La bascule progressive est préférable dans certains cas. Elle minimise voire annule les temps d’arrêts lors de la bascule de votre production. Cette méthode vous permettra + facilement de revenir en arrière, sans coupure. Toutefois, cette méthode ne peut pas être utilisée pour toutes les technologies disponibles sur le marché.

Conclusion

Il s’agit là des 5 principales étapes lors d’une migration vers le cloud. À celles-ci s’ajoutent bien sûr les bonnes pratiques en termes de sécurité et les vagues de tests à effectuer pour s’assurer que tout fonctionne correctement.

Enfin, dernier tip’s : nous vous partageons ici des outils de migration vers le cloud. Chaque fournisseur de cloud propose plusieurs outils et services pour faciliter vos migrations.

AWS en présente plusieurs dans le lien ci-dessous. N’hésitez pas à le consulter : https://docs.aws.amazon.com/whitepapers/latest/aws-overview/migration-services.html?opt_id=undefined

Comme vous l’avez compris : un projet de migration on-premise vers le cloud ne s’improvise pas ! 🙂 Il demande réflexion, organisation et méthodologie.
Si vous souhaitez entamer un tel projet, n’hésitez pas à nous solliciter ici. Nos équipes vous conseilleront et vous accompagneront pas à pas sur ce dossier exigeant et qui peut paraître complexe.